Historique

Fondé en 2004 et incorporé en 2005, le Salon du livre du Grand Sudbury (SLGS) assure l’animation d’une saison littéraire en français, destinée aux francophones et francophiles du nord-est de l’Ontario et ciblant des publics variés.

Depuis sa fondation, l’organisme a présenté neuf éditions de son Salon du livre bisannuel, en offrant une riche programmation littéraire qui anime la communauté pendant toute une semaine en mai lors des années paires. C’est l’un des importants événements littéraires en Ontario français.

Au cours des premières années, le SLGS conçoit et réalise des projets novateurs qui contribuent à sa renommée: le Parcours littéraire et les spectacles Sudbury Blues et D’un pays qui pousse dans le nord.

Faisant face à des difficultés financières en 2010-2011, le SLGS élabore et met en œuvre un plan de redressement, adopte sa première planification stratégique et éponge complètement sa dette accumulée dès août 2012.

À l’automne 2012, sa programmation littéraire devient annuelle. Elle comprend une série de rencontres littéraires, tables rondes, animations, conférences, performances et ateliers pratiques qui valorisent la littérature franco-ontarienne et franco-canadienne. Elle intègre  annuellement l’organisation d’un événement rassembleur: les années paires, c’est le festival littéraire/foire commerciale de livres; les années impaires, le Marathon de lecture. Par sa programmation, le SLGS continue à stimuler le goût de la lecture et de l’écriture chez les publics de tous les âges.

Depuis plus de dix ans, le SLGS participe activement à la réalisation du premier centre artistique et culturel multidisciplinaire du Nord de l’Ontario, la Place des Arts du Grand Sudbury.

 

Ligne de temps

2003 – Un comité fondateur est mis en place pour l’organisation du 1er Salon du livre du Grand Sudbury. Les éditions Prise de parole et le Centre Fora appuient cette initiative.

2004 – La 1re édition du Salon a lieu en mai 2004.

2005 – Le Salon devient un organisme constitué sans but lucratif.

2006 – La 2e édition du Salon a lieu en mai 2006. L’autobus de la poésie (un spectacle ambulant) parcourt la ville, rendant hommage à cent ans de littérature créée ici ou inspirée par la région. Embauche d’une direction générale et artistique permanente.

2006-2007 – Présentations d’animations littéraires ponctuelles comme le quiz Connais-tu ta littérature? et la 1re édition du Festival de la mauvaise herbe, festival de création littéraire par et pour les jeunes.

2008 – La 3e édition du Salon a lieu en mai 2008.

2008-2009 – Poursuite du développement d’une programmation annuelle. Présentation du spectacle D’un Pays qui pousse dans le nord au Festival international de la littérature à Montréal et 2e édition du Festival de la mauvaise herbe.

2009 – La Fondation Trillium de l’Ontario souligne l’excellence artistique et l’impact communautaire du Salon en lui décernant son Prix d’excellence-catégorie arts et culture.

2010 – La 4e édition du Salon a lieu en mai 2010. Nouvelle direction générale entre en poste en mars.

2010-2011 – Le SLGS entreprend rapidement une analyse approfondie de la situation financière de l’organisme, avec l’appui d’une experte-conseil externe, Paulette Gagnon. Un plan de redressement est conçu et mis en œuvre. Le CA reporte la programmation artistique prévue pour l’année afin de privilégier les activités de redressement.

2011-2012 – Adoption et mise en œuvre d’un premier plan stratégique (2012-2015). Présentation de la 5e édition du festival du livre qui comprend une tournée d’auteurs dans les écoles. Au 31 août 2012, grâce à l’appui de ses partenaires, membres, amis et donateurs, l’organisme élimine son déficit accumulé, alors que son objectif était de l’effacer d’ici 2016. Pendant l’année, le Salon développe une première saison littéraire annuelle.

2012-2013 – À l’automne, le Salon lance sa saison littéraire complète qui comprend 12 activités grand public et 14 rencontres jeunesse, dont des ateliers de fabrication de livres, des rencontres de clubs de lecture et la création d’un jardin littéraire. En juin 2013, avec le départ de la directrice générale, l’organisme adopte un nouveau mode de gestion bicéphale avec l’accueil de deux directrices générales.

2013-2014 – La codirection générale assure la poursuite des objectifs stratégiques du Salon avec l’organisation d’une saison littéraire sur toute l’année, au sein de laquelle est organisée la 6e édition de sa foire bisannuelle.

2014-2015 – Bâtie sur les acquis de la saison 2012-2013, la saison littéraire innove en organisant un 1er Marathon de lecture. Les résultats de cette initiative sont excellents et le SLGS ramènera aux 2 ans cette activité rassembleuse qui encourage la lecture.

2015-2016 – L’organisme développe et adopte un 2e plan stratégique (2015-2019) qui guidera ses actions suivant 4 grandes orientations stratégiques. Il mène une saison littéraire qui comprend la 7e édition du festival littéraire. Le SLGS offre près de 200 activités pour la jeunesse et pour le grand public.

2016-2017 – La saison littéraire comprend la 2e édition du Marathon de lecture ainsi qu’une série de rencontres pour les jeunes, notamment les rencontres du Club de lecture jeunesse tenues gratuitement à la Bibliothèque publique du Grand Sudbury, et pour les adultes.

2017-2018 – Le Salon mène une saison littéraire qui comprend la 8e édition du festival littéraire dans un nouveau lieu, l’École d’architecture McEwen. Le SLGS offre plus de 200 activités pour la jeunesse et pour le grand public.

2018-2019 – La saison littéraire comprend la 3e édition du Marathon de lecture qui ne fait que prendre de l’ampleur. Le SLGS joue un rôle central dans la production/gestion du Project Manifeste de la Place des Arts. Le projet de construction de la PdA débute (ouverture officielle prévue à l’hiver 2020).

2019-2020 – L’organisme développe et adopte un 3e plan stratégique (2020-2023). Il mène une saison littéraire qui comprend la 9e édition du festival littéraire. En raison de la crise de la pandémie COVID-19, le SLGS présente une programmation virtuelle pour la jeunesse et pour le grand public.